Comment (ré)apprend-on à un adulte à bien écrire en français ?  

Le français : une compétence fondamentale…

La maîtrise du français écrit est une compétence élémentaire que beaucoup estiment acquise pour tout adulte. Pourtant, tout le monde ne sort pas de sa scolarité avec un bagage équivalent.

Or, dans la vie active, la compétence d’écriture, ou plutôt de rédaction professionnelle, est utile à tous les instants. De la rédaction d’un C.V. et d’une lettre de motivation à la communication avec un client en passant par les échanges formels avec la hiérarchie, tout est l’occasion de rédiger.

Aborder sereinement ces passages obligés de la vie professionnelle nécessite d’avoir toutes les clés en main pour éviter les écueils de la langue française et écrire sans fautes.

…dont la mauvaise maîtrise reste un sujet tabou

Cependant, un constat s’impose : il existe une fracture entre la culture française, attachée à défendre sa langue, et la maîtrise très variable des règles qui régissent cette même langue par les personnes qui l’utilisent. Les francophones natifs ne connaissent pas toujours toutes les astuces pour se frayer un chemin dans la jungle orthographique.

« La langue française écrite est devenue une arme à double tranchant… »

À cause de cette différence entre perception idéale de la langue et réalité du quotidien, la langue française écrite est devenue une arme à double tranchant. Bien maîtrisée, c’est un outil de communication, un facilitateur d’échanges. À l’inverse, le maniement fautif de l’orthographe et de la grammaire est souvent mal perçu, au point de devenir un critère discriminant dans le milieu professionnel.

Les personnes en insécurité langagière subissent de plein fouet les effets de cette perception. Au quotidien, les difficultés à communiquer efficacement à l’écrit peuvent mener la perte de l’estime de soi. Vues de l’extérieur, leurs erreurs peuvent être perçues comme un manque de sérieux, de respect, voire comme un déficit cognitif ! Au point qu’un poste ou une promotion professionnelle peuvent être remis en cause pour cela.

Le manque de compétences en français écrit est donc devenu un sujet tabou. De fait, les personnes concernées adoptent des techniques d’évitement afin d’écrire le moins possible et ainsi dissimuler leurs difficultés.

Comment lutter contre cette inégalité langagière ?

La première étape vers une amélioration est d’ouvrir la parole, de permettre à chacun de dédramatiser les erreurs qu’il fait. Ainsi, le français écrit n’est pas tabou et se former en français devient un réflexe aussi normal en entreprise que de se former à l’utilisation de logiciels de bureautique.

 Se former en français, ce n’est pas retourner à l’école ! 

Il faut ensuite établir un diagnostic précis des difficultés des personnes concernées, pour leur proposer une formation ciblée et adaptée au public adulte et professionnel. Se former en français, ce n’est pas retourner à l’école ! C’est en adaptant le discours pédagogique à chaque apprenant et à ses besoins particuliers que les résultats d’une formation seront les plus probants.

Par ailleurs, il est important de fournir une visualisation claire et mesurable des progrès effectués, avec un impact direct sur les compétences de l’apprenant. La formation en français écrit professionnel devient ainsi un véritable atout pour l’apprenant, qui connaît ses forces aussi bien que les points à travailler.

Enfin, une certification du niveau en langue française, à l’issue de la formation, est un atout indéniable pour valoriser les nouvelles compétences acquises et la progression de tous les apprenants. C’est l’occasion parfaite pour mettre en avant le développement personnel des collaborateurs.

Pour en savoir plus au sujet de la formation en français écrit professionnel et découvrir comment Orthodidacte conçoit et sélectionne des ressources pédagogiques faites pour une progression optimale, retrouvez très bientôt notre étude complète dans le livre blanc « Comment (ré)apprend-on à un adulte à bien écrire en français ? ».

Téléchargez notre livre blanc

    Ensemble, révélons le potentiel de chacun